Fuir la honte

De peur qu’elle remonte…

Il y a différentes raisons d’écrire, de dessiner, de peindre ou de jouer de la musique. Ou de tricher avec soi même. Je pèse donc je suis = être à la masse de son existence.

Putain d’angoisse, putain d’errance…Cette angoisse qui te tenaille, c’est le mot, au pourtour du dos, qui monte et irradie du plexus solaire et se ramifie sans concessions jusqu’à la petite pointe de chaque nervure du corps. Et quand je recherche l’origine, le fond de l’œil gauche me taraude, les tripes se tordent, mon estomac se contracte comme sous l’effet d’un coup de poing. Tout cela me fait horriblement mal et les pensées deviennent folles au point de souhaiter la mort. Le cœur bat à tout rompre, les cellules nerveuses se surchauffent d’électricité à la limite de la disjonction. Comme on vient de donner un coup de pied dans la fourmilière, c’est la panique à tout les étages…

Et maintenant j’ai l’impression d’être un pylône qui s’est pris la foudre, enfin, 36 éclairs de foudre d’un seul coup comme si tous les orages ont décidé d’éclater au même moment, pile poil au dessus de ce pylône…

Et donc pendant des années j’ai fui. J’ai marché des heures durant, sans but sauf celui d’apaiser cette souffrance. Et ça marche ! Ça apaise mais aussi ça épuise, évacue le problème mais ne le résout pas. Maintenant je risque de me répéter souvent…Les émotions remontent à la surface, violentes…Marre de ce dégout, de ces angoisses qui me rongent depuis ma prime enfance…De cette peur permanente de dire le mal, de la tristesse de ne pas pouvoir dire. Sortir de sa zone d’inconfort, du bunker, de la tranchée. Survivre n’est pas vivre…

 

 

ang01

 

ang02

 

ang03bang04

 

 

ang05

 

ang05b

 

 

ang06

ang07

 

ang08

ang10


ang09

ang11

ang12ang13ang14

Peur de dire la honte ou peur de dire tout simplement…accepter malgré tout ou soi d’être lâche et de voir disparaître tout ce qu’on a. La peur me fait peur et me paralyse…je disparait de moi même…

Le salut est dans la fuite.


ang00

 

 

math04

Memories

Mon plus beau cadeau est de t’avoir connu

sir28

Un magnifique court métrage : « Lost memories »

LOST MEMORIES (French, English Subtitles) from Francois Ferracci on Vimeo.

Et une belle chanson de Robert Wyatt sur l’album Bananamoon de Daevid Allen :

« Memories »…sur le final de l’Ange Bleu

Full of memories
Things like the way they knew us
All over town

We used to walk the streets together
We could be seen
Past shops where people knew us
Yeah, people knew

I’ve got to choose
Between tomorrow and yesterday
I can’t stop to think about
My life here today

Maybe I’ll find someone
To get you off my mind
Take me away from here
And leave it, leave it all behind

Memories, can hang you up
And haunt you all your life?
You know, get so, you cannot stay
And yet cannot go

I could find out where she’s gone
Today I feel so unhappy
Streets seem so empty now
I want you with me

Pose sirènes

En attendant de passer à autre chose, je dessine une sirène par jour ;)

sir12

 

sir21

 

sir22

 

sir23

 

sir06

 

sir09

 

sir01

 

sir17

 

sir15

 

sir14

 

sir13

 

Sur un air de Cocteau twins : « song to the siren »

 

 

Et pour compléter, une création radiophonique à propos des sirènes justement.

« Siren Eimi – Je suis Sirène » – Radio Moniek

« A ces êtres et à leurs figures plurielles, Moniek adressa un chant d’amour, poétique, sonore, polyphonique. Une invitation à trouver notre bulle dans ce monde sous eau, à plonger au plus profond de nous-même pour y trouver notre liberté intérieure tout en restant à l’écoute de la rumeur du monde. »

 

https://www.mixcloud.com/widget/iframe/?embed_type=widget_standard&embed_uuid=e89329f2-e5b5-4685-ac2b-76ef2f6ddaaf&feed=https%3A%2F%2Fwww.mixcloud.com%2FRadio_Moniek%2Fsiren-eimi-je-suis-sirene-podcast-radio-moniek%2F&hide_cover=1&hide_tracklist=1&replace=0

Part I-SIREN EIMI – JE SUIS SIRENE – Podcast Radio Moniek by Radio_Moniek on Mixcloud