Carnet de novembre suite et fin.

La banane

La banane

Se remonter comme une horloge quand les rouages sont bloqués, l’homme ne marche plus. L’esprit se balade dans les friches du Tartare. Pause…/ Pose dans la réflexion qui reste toujours statique.
Occulte le miroir des pensées. Maudire Saturne et pleurer Uranus. S’extasier au lever de Vénus. (Voir article précédent : Fol errant)
Je cite William Blake :
« Si les portes de la perception étaient purifiées, chaque chose apparaîtrait à l’homme comme elle est, infinie. » (« If the doors of perception were cleansed everything would appear to man as it is, infinite. ») (Le Mariage du ciel et de l’enfer). Cette formule a inspiré le choix du nom de l’essai d’Aldous Huxley, Les Portes de la perception, ainsi que le nom du groupe de rock The Doors.

En parlant de paradis et de son opposé, l’enfer, je pense immédiatement au film : »Les ailes du désir » de Wim Wenders et à  » La double vie de Véronique » de Kieslowsky : Un film sur la vie et son double, sur le destin qui tire les fils des marionnettes humaines (paroles du concerto : Dante, La Divine comédie, Paradis, chant II). »La mort de Weronika, musique de Zbigniew Preisner ».

Angel never die

Angel never die

28nov

Chercher la carte pour retrouver son chemin. Perdu dans la mer des limbes, j’erre de station en station. L’ange attend toujours, créature fantasque, ce n’est finalement qu’une pensée non vérifiable. Mais l’invisible est invérifiable.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s