Quatorze moins 5

Zone de triage dans les décombres du passé. Instant de pause sur le linceul des souvenirs. Arrête de penser au passé me dit-on ! Je n’y pense pas en fait, c’est lui qui se rappelle à moi comme un vieux morceau de fer coincé dans le cœur, dans le cervelet, dans la bidoche, dans mon œil, le gauche en particulier, qui se couvre d’un voile dit no-sense, de douleur lancinante telle une aiguille qui s’enfonce doucement dans la cornée. A défaut de l’angoisse qui m’enserre la gorge comme un serpent ou qui paralyse toutes les cellules de mon corps. Ailleurs, je m’évade dans une pseudo réalité mais ça laisse un goût de ciment dans la bouche.

Dragon du désir, fichu désordre

Au corps, en cri dehors, la peste...LA PESTE...soit...ou the best...

Ange de la poisse, angle désastre, sang lasse...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s