Des mots, des ambres, des ires, des astres…

Il est temps de rentrer au port, à condition d’en trouver un…

Le voyage fut long, des fois cruellement immobile, des fois précipité comme un torrent, rien de tranquille mais toujours étonnant…

Les carnets sont utiles, très utiles…pour savoir comment on fonctionnait avant, découvrir les erreurs mais aussi la beauté surprenante des créations,  des rencontres, des découvertes…

Malgré cela, j’erre toujours entre les vagues, entre les mots comme un navire sans capitaine, un chariot sans cocher. Les chevaux fous tirant à hue et à dia, le gouvernail tournoyant de bâbord à tribord.

Et moi, immobile, partout à la fois, nulle part en même temps, redécouvre, émerveillé, les voyages d’avant, et les futurs possibles….

freze08

Pour un pétale, une rose en trop,

avec des mots je fait des vagues,

avec des mains, je fait des drames

Je suis KO dans un verre d’eau

(Charlotte etc…)

Quelque pages du carnet de 2011…animation du frontispice de maintenant…

 

Et la vidéo de la chanson sur ce site : http://www.imaginem.fr/films/travaux-d-eleves/clip-battement-de-cils-de

 

 

Publicités

Subjectile de nulle part

Enfin, pas tout à fait. Surgit plutôt de la vallée des larmes, de la crainte et de la peur. Rien de drôle mais pourtant si vrai, quelque chose qui doit sortir comme une épuration. Le hasard révèle ce qui est caché. La surprise sans appréhension, comme un chat noir qui déboule sans raison, et une peur plus profonde, ancrée dans les tissus de la mémoire corporelle…

Acrylique, papier, colle, 30 cm X 30 cmsubj1501

subj1502

subj1503

Image

Je te sans…

cn1443   Sur un lit d’ocre rouge sang, vie vibrante d’un songe de désir lancinant. L’amour et la mort (l’amor ou l’Âme or) se rejoignent dans la couleur rituelle peinte sur le crâne de nos ancêtres, se répercutent sur les parois rupestres d’un Lascaux ou d’un Chauvet. Mélange du désir de l’homme et de la femme qui dansent en une folle sarabande de chevaux bondissant. Ce songe, curieusement, n’est pas de moi mais vient d’un périple d’âmes reconnaissantes. Âme mer ou âme air, les deux se rejoignent pour un cyclone perpétuel…jusqu »a l’instant sublimé. L’ange de la Tempérance plane et joint le fluide des souffles harmonique, de la vie universelle entre deux corps, deux âmes, deux vases communiquant. Je crève d’aimer…et nous nous sentons… ;) Dessin à l’ocre rouge, encre, or, argent 30 X 40 cm