Devant le portail

Précédemment

Et la suite donc….

La suite d’une note que j’ai publié en son temps ;)

(Fin de parenthèse)

Poussé par le vent rattrapé par le temps… je courais dans ma tête et pensait à la terre qui tournait, qui courait à ma perte avec vous dessus … Papillon Paravel… »Le temps qui passe »…

Simorgh

Plus d’un mois sans internet est ce possible ? Oui et non, je n’ai plus surfé sur le web mais restais toujours connecté sur les rézals socials via le téléphone, oups, le smart…mais sans m’investir, juste se tenir au courant et, curieusement, ne plus intervenir augmente en qualité les interactions. D’un autre coté, je me concentre plus sur moi même et mes (sérieux) problèmes, ce qui fait évoluer plus les choses dans le bon sens. La période où je souffrais sans savoir pourquoi s’éloigne de plus en plus, comme un terrrible ouragan.

Mais les remous et ballotements sont toujours là…

EYE OF THE STORM | Lovett from Lovett on Vimeo.

 

 

Le voyage continue, entre le brouillard des angoisses et l’aveuglement de la pleine clarté :/

 

formes01

Série de dessins, pigments ocre et rouge, papier, 20 cm X 20 cm

 

Je ne vois plus grand monde non plus, c’est un voyage en solitaire mais je commence seulement à voir ce qu’il faut faire…

 

A une amie :)

 

La bd continue vaille que vaille, les ramifications s’étendent de plus en plus comme les racines d’un arbre….ou d’un cancer…

 

 

Le miroir se brise en mille morceaux, autant de partie du simorgh, un mythe qui m’interpelle particulièrement… à découvrir, la conférence des oiseaux :

Une enluminure que j’ai réalisée en son temps pour la naissance de la fille d’une amie \o/ Lucie m’a fait penser directement au simorgh ! En réalité je ne sais pas pourquoi…

Lumière dans les ténèbres actuelles? J’adore mes enfants, ils sont lucides ^^

Et la découverte vidéo et musicale : d’abord Irfan, magnifique groupe hongrois plein d’inspiration et …un dada :)…la calligraphie arabe mise en mouvement et musique sur le thème du simorgh par un designer Iranien…

 

Simorgh from Meghdad Asadi on Vimeo.

Bon à peut être dans un mois ;)

Fuir la honte 9

Petit résumé des épisodes précédents…

Et quelque chose de plus ancien pour permettre la connexion avec ce qui suit ; Un vieux rêve où il est question de bille bleue, vraiment bizarre, comme une sorte de quête sur le chemin de l’errance, une étape symbolique dans le désert des larmes…en écho au chaos ambiant…

Bon, je devrais m »acheter un scanner, histoire d’avoir une bonne résolution…

La suite donc….

Ma vie est un véritable chaos et ceci est une tentative d’y remettre de l’ordre…j’ai l’impression de perdre pied ou de me retrouver à nouveau dans une impasse de ce labyrinthe gigantesque. Remonter le fil de la mémoire comporte tout de même des risques insoupçonnés…

cosmon

Bip…

 

 

Précédemment la honte 8, la honte 7, la honte 6

Humeur du moment

Pour l’instant je ne suis pas en grande forme poétique…c’est même plutôt un désert réactif et le temps n’arrange rien…

Un vieux dessin réalisé pour un jeu de rôle, donjons et dragons pour ne pas le nommer ;) un univers que j’ai créé il y a longtemps et qui a rempli de nombreuses soirées dans notre jeunesse, à propos du marquis de Brume ;)

Et un dessin de projet pour l’expo des 25 ans des jeunesses archéologiques de Belgique, ici sur l’art du bijou et orfévrerie, époque gallo romaine.

De tout de rien

Suite à la réalisation des cartes précédentes, voici une nouvelle série pour un jeu dont je n’ai pas encore les règles…Tout réalisé sur des sous bock de bières

 

 

 

 

M’a t’il dit Amour ?

visage03

 

 

 

Pensées récurrentes comme un membre fantôme, j’ai toujours les saveurs de l’amour en bouche. La quintessence des traces sur le bout de la langue. Un effleurement, une caresse, un regard, un sourire, inscrit au plus profond des cellules qui construisent mes veines, qui électrifient mon cerveau. Souvenir d’une onde lointaine qui creuse les berges de ma mémoire. Le pinceau vibre au son de ces émois. Les zones cachées refoulent les miasmes de l’indicible, du vécu intériorisé. Le trop plein de larmes fait place au vide des sens. A quand la prochaine station service ? Hululement de la chouette en réponse au miaulement de la chatte dans le pommier !

Brou, encre et aquarelle. 25 cm X 25 cm.