Send me on my way

Le vide est avant le chaos, en principe,…et donc je fais pour l’instant tout à l’envers ou plutôt le contraire de ce que je suis.

Voici une série sur les corps qui dansent, s’étirent, s’alanguissent, la vie et l’amour se rejoignent et s’accouplent en tourbillonnant.

Du hasard des « taches », surgissent les formes…l’inconscient parle…a corps danse…ou des accords dansent etc…

Brou de noix et aquarelle. Carnet, format A5.

d05

d11

d02

d01   d06

d12

d09 d07

Vive la danse

… Le petit déjeuné de Matilda ^^

Rusted Root – Send Me On My Way

voir aussi…Long time & Corps 1  & Corps 2

Dis l’est temps !

De se retrousser les manches, au delà de sa timidité congénitale qui m’amena dans les tréfonds du désespoir, peur des autres, tentative de sortir, écouter des conseils et se faire traiter de pigeon, lâche, gentil, poire, assisté (c’est le pire), imbécile insouciant complètement dissocié car torturé dans sa prime enfance pour cause de révolte justifiée. Je hais l’école et les institutions et rien ne pourra me guérir, finalement. et comme le corbeau de Poe, je crie dans ma tête : Nevermore…qu’on ne m’y reprendra plus. Merci Monsieur de La Fontaine.

 

t05

 

c1429

Portrait à l’amour…moi le noeud.

visage03Pensées récurrentes comme un membre fantôme, j’ai toujours les saveurs de l’amour en bouche. La quintessence des traces sur le bout de la langue. Un effleurement, une caresse, un regard, un sourire, inscrit au plus profond des cellules qui construisent mes veines, qui électrifient mon cerveau. Souvenir d’une onde lointaine qui creuse les berges de ma mémoire. Le pinceau vibre au son de ces émois. Les zones cachées refoulent les miasmes de l’indicible, du vécu intériorisé. Le trop plein de larmes fait place au vide des sens. A quand la prochaine station service ? Hululement de la chouette en réponse au miaulement de la chatte dans le pommier !

Brou encre et aquarelle. 25 cm X 25 cm. 2012