Devant le portail

Précédemment

Et la suite donc….

La suite d’une note que j’ai publié en son temps ;)

(Fin de parenthèse)

Poussé par le vent rattrapé par le temps… je courais dans ma tête et pensait à la terre qui tournait, qui courait à ma perte avec vous dessus … Papillon Paravel… »Le temps qui passe »…

Simorgh

Plus d’un mois sans internet est ce possible ? Oui et non, je n’ai plus surfé sur le web mais restais toujours connecté sur les rézals socials via le téléphone, oups, le smart…mais sans m’investir, juste se tenir au courant et, curieusement, ne plus intervenir augmente en qualité les interactions. D’un autre coté, je me concentre plus sur moi même et mes (sérieux) problèmes, ce qui fait évoluer plus les choses dans le bon sens. La période où je souffrais sans savoir pourquoi s’éloigne de plus en plus, comme un terrrible ouragan.

Mais les remous et ballotements sont toujours là…

EYE OF THE STORM | Lovett from Lovett on Vimeo.

 

 

Le voyage continue, entre le brouillard des angoisses et l’aveuglement de la pleine clarté :/

 

formes01

Série de dessins, pigments ocre et rouge, papier, 20 cm X 20 cm

 

Je ne vois plus grand monde non plus, c’est un voyage en solitaire mais je commence seulement à voir ce qu’il faut faire…

 

A une amie :)

 

La bd continue vaille que vaille, les ramifications s’étendent de plus en plus comme les racines d’un arbre….ou d’un cancer…

 

 

Le miroir se brise en mille morceaux, autant de partie du simorgh, un mythe qui m’interpelle particulièrement… à découvrir, la conférence des oiseaux :

Une enluminure que j’ai réalisée en son temps pour la naissance de la fille d’une amie \o/ Lucie m’a fait penser directement au simorgh ! En réalité je ne sais pas pourquoi…

Lumière dans les ténèbres actuelles? J’adore mes enfants, ils sont lucides ^^

Et la découverte vidéo et musicale : d’abord Irfan, magnifique groupe hongrois plein d’inspiration et …un dada :)…la calligraphie arabe mise en mouvement et musique sur le thème du simorgh par un designer Iranien…

 

Simorgh from Meghdad Asadi on Vimeo.

Bon à peut être dans un mois ;)

Fuir la honte 9

Petit résumé des épisodes précédents…

Et quelque chose de plus ancien pour permettre la connexion avec ce qui suit ; Un vieux rêve où il est question de bille bleue, vraiment bizarre, comme une sorte de quête sur le chemin de l’errance, une étape symbolique dans le désert des larmes…en écho au chaos ambiant…

Bon, je devrais m »acheter un scanner, histoire d’avoir une bonne résolution…

La suite donc….

Ma vie est un véritable chaos et ceci est une tentative d’y remettre de l’ordre…j’ai l’impression de perdre pied ou de me retrouver à nouveau dans une impasse de ce labyrinthe gigantesque. Remonter le fil de la mémoire comporte tout de même des risques insoupçonnés…

cosmon

Bip…

 

 

Précédemment la honte 8, la honte 7, la honte 6

Ceci est une note intermédiaire…

Une note, ouf, après plus d’un mois d’absence en tout genre. Se libérer des envies, désirs mais le manque reste…manque de l’autre…d’affection…folie…Impasse et manque…trépasse et tangue…fortune de mer disparue sans trace…blocage phobique…malgré tout la BD continue, ultime journal de bord…

Pas de résolutions, point de vœux comme si 2016 n’avait jamais existé,année zero, année sans… pourtant l’anxiété demeure… Une expo, un vernissage, quelques fêtes et réjouissances mais toujours cette solitude non voulue, infernale…

La galère peut durer des années…de même que la traversés du désert…galérien du désert…

J’ai tout de même des vœux secrets, un espoir caché, après tout pourquoi pas, même sans y croire. L’incroyable est finalement plus agréable :) surtout quand on ne s’y attend pas…

Vive les surprises, surtout agréable…

cn1692

Un petit  Faux Tatoo réalisé au bic, un fotatou ;) en clin d’oeil à Cali Rezo :)

 

fotatou01

 

Et essai de couleur, je dis bien ESSAI ! Non mais ! pour la BD en cours….

 

mer01

Wip

Les coquelicots ballotent dans le vent, libérant leurs pétales au gré des rafales…

coquelicot04

Et s’envolent comme autant de papillons éphémères, surgissant du cœur comme roulement de tambour, fracassant comme la chamade dans la brèche de l’escarpe, au cœur pétri et flétri des amours perdu, éperdus,

cq03

 

Les fées mères …origines des mythes, légendes, sources de l’onde et ode à la Vouivre…ivresse de la vie… de vous et du souvenir vibrant, âme de l’Homme, Om originel, Aum et Oghm, source du langage et de l’être, courant les veines de la terre… impermanent, improbable comme le cygne noir…

coque05

Les papillons deviennent feuilles mortes, dansantes dans les frimas de l’automne. Et la pluie n’altère en rien le sourire des êtres enthousiastes ayant gardé leur âme d’enfant…

cn1691

Work in progress,.. ( rhaaa je sèche dans le scenar, trop de données, de contingences, de conneries,de divergences, le labyrinthe perpétuel, toujours mouvant et changeant, en_vie de passer à autre chose…changer d’air…)

Light

Un peu de tout, quand on est dispersé, désintégré, éparpillé, on ne fait que ramasser les morceaux épars, d’un puzzle constamment évolutif, quand les pièces, même utiles, ne trouvent plus leur place.

cn1682

Aquarelles de coquelicots, esquisses d’animations….

coquelicot01

coquelicot02Et visite du MIA (Made in Asia ) Cosplay rigolo et clin d’œil à Turalo portant dragon tirant la langue…

cn1680

 

 

Dragons

Il est temps de s’arrêter dans cette sorte d’errance éperdue, et d’observer le chemin parcouru, une quête de savoir pour se retrouver face au souffle primordial. La roue de fortune s’est bloquée dans sa ronde cyclique et les rouages tournent à vide (avide?) dans une spirale de souffrance et d’amour, le dragon et l’ange se regardent en chiens de faïence. Ici un résumé des dragons dessinés comme un questionnement sans savoir de ce qu’il en retourne. Le mythe fantastique est une réponse allégorique à l’origine du mal…et du bien. Que souffle le dragon dans sa force de vie qui relie la terre au cosmos avec l’Homme comme pivot. Que me soit donné la Force de refaire tourner la manivelle de la roue de Fortune…