Devant le portail

Précédemment

Et la suite donc….

La suite d’une note que j’ai publié en son temps ;)

(Fin de parenthèse)

Poussé par le vent rattrapé par le temps… je courais dans ma tête et pensait à la terre qui tournait, qui courait à ma perte avec vous dessus … Papillon Paravel… »Le temps qui passe »…

Simorgh

Plus d’un mois sans internet est ce possible ? Oui et non, je n’ai plus surfé sur le web mais restais toujours connecté sur les rézals socials via le téléphone, oups, le smart…mais sans m’investir, juste se tenir au courant et, curieusement, ne plus intervenir augmente en qualité les interactions. D’un autre coté, je me concentre plus sur moi même et mes (sérieux) problèmes, ce qui fait évoluer plus les choses dans le bon sens. La période où je souffrais sans savoir pourquoi s’éloigne de plus en plus, comme un terrrible ouragan.

Mais les remous et ballotements sont toujours là…

EYE OF THE STORM | Lovett from Lovett on Vimeo.

 

 

Le voyage continue, entre le brouillard des angoisses et l’aveuglement de la pleine clarté :/

 

formes01

Série de dessins, pigments ocre et rouge, papier, 20 cm X 20 cm

 

Je ne vois plus grand monde non plus, c’est un voyage en solitaire mais je commence seulement à voir ce qu’il faut faire…

 

A une amie :)

 

La bd continue vaille que vaille, les ramifications s’étendent de plus en plus comme les racines d’un arbre….ou d’un cancer…

 

 

Le miroir se brise en mille morceaux, autant de partie du simorgh, un mythe qui m’interpelle particulièrement… à découvrir, la conférence des oiseaux :

Une enluminure que j’ai réalisée en son temps pour la naissance de la fille d’une amie \o/ Lucie m’a fait penser directement au simorgh ! En réalité je ne sais pas pourquoi…

Lumière dans les ténèbres actuelles? J’adore mes enfants, ils sont lucides ^^

Et la découverte vidéo et musicale : d’abord Irfan, magnifique groupe hongrois plein d’inspiration et …un dada :)…la calligraphie arabe mise en mouvement et musique sur le thème du simorgh par un designer Iranien…

 

Simorgh from Meghdad Asadi on Vimeo.

Bon à peut être dans un mois ;)

Fuir la honte 9

Petit résumé des épisodes précédents…

Et quelque chose de plus ancien pour permettre la connexion avec ce qui suit ; Un vieux rêve où il est question de bille bleue, vraiment bizarre, comme une sorte de quête sur le chemin de l’errance, une étape symbolique dans le désert des larmes…en écho au chaos ambiant…

Bon, je devrais m »acheter un scanner, histoire d’avoir une bonne résolution…

La suite donc….

Ma vie est un véritable chaos et ceci est une tentative d’y remettre de l’ordre…j’ai l’impression de perdre pied ou de me retrouver à nouveau dans une impasse de ce labyrinthe gigantesque. Remonter le fil de la mémoire comporte tout de même des risques insoupçonnés…

cosmon

Bip…

 

 

Précédemment la honte 8, la honte 7, la honte 6

Fuir la honte 8

Il n’y a pas vraiment eu de pause, enfin, presque…d’autres projets et finalisations se sont mises en place ( Une expo ea) , tout est en suspension…

Mais j’ai tout de même coincé sur la colère…jusqu’à une découverte récente en relation avec la pierre bleue…et la licorne…

Voici une partie de la suite de fuir la honte au début assez brut et maintenant moult confuse, cette recherche est digne d’une déduction policière, plus qu’une recherche scientifique et/ou historique,  les ramifications vont dans tous les sens…et donc le sens exact n’est pas très facile à découvrir…d’autant plus que les idées se précisent au mieux, se bousculent, au mieux aussi, enfin, tant qu’elles sont là, même incompréhensibles, elles surgissent, au fur et à mesure…comme une fontaine à plusieurs becs…

(ps : je n’ai plus de connexion et donc je vient sporadiquement ici)

Les explications viendront plus tard, …bye bye la concentration… :(

ang_15

ang_16ang_16b

 

La spirale est un thème récurrent de même que les pétales de coquelicot…a propos de la spirale, un magnifique Manga d’horreur sur ce thème ;) Uzumaki

uzumaki

ang_17ang_18

ang_19

ang_20

ang_21

ang_22

ang_22b.jpg

A suivre donc…

Ceci est une note intermédiaire…

Une note, ouf, après plus d’un mois d’absence en tout genre. Se libérer des envies, désirs mais le manque reste…manque de l’autre…d’affection…folie…Impasse et manque…trépasse et tangue…fortune de mer disparue sans trace…blocage phobique…malgré tout la BD continue, ultime journal de bord…

Pas de résolutions, point de vœux comme si 2016 n’avait jamais existé,année zero, année sans… pourtant l’anxiété demeure… Une expo, un vernissage, quelques fêtes et réjouissances mais toujours cette solitude non voulue, infernale…

La galère peut durer des années…de même que la traversés du désert…galérien du désert…

J’ai tout de même des vœux secrets, un espoir caché, après tout pourquoi pas, même sans y croire. L’incroyable est finalement plus agréable :) surtout quand on ne s’y attend pas…

Vive les surprises, surtout agréable…

cn1692

Un petit  Faux Tatoo réalisé au bic, un fotatou ;) en clin d’oeil à Cali Rezo :)

 

fotatou01

 

Et essai de couleur, je dis bien ESSAI ! Non mais ! pour la BD en cours….

 

mer01

Back in black

Cet été fut somme toute merveilleux…quoique…la lumière est plus belle quand on est à l’ombre…avec un verre de sangria…excellent au demeurant…Mais au delà de l’insouciance, la réalité guette, inéluctable, douloureuse et aussi surprenante comme cette synchronicité quand 5 créatifs se retrouvent dans le même train au même moment, sans l’avoir prévu….et évoquent moultes possibles :) Entretien d’une correspondance, quand surgissent les ailes du désir, on abouti dans l’île du désert à défaut du désir d’elle…

cn1613

cn1618 cn1616

cn1615

 

 

 

 

 

Fuir la honte 7

Suite des épisodes précédents…remonter aux origines, s’approcher de cette zone terrible, par quelques moyens que ce soit, mais le sillon qu’a creusé cette honte est profond, terriblement profond…. Je pense directement à Pinocchio du conte de Collodi et à l’intervention de la fée bleue (La faible) comme une sorte de rédemption. Un amour inconditionnel venant d’une puissance surnaturelle et réparatrice. L’imagination est une arme à double tranchant, comme l’épée de la justice, celle du tarot, qui ramène dans le droit chemin, celui des sentiments et de la vitalité, loin de l’acedia. L’injustice vécue est si grande que la colère (ou les colères) s’en est retrouvée suspendue. Et pourtant elle est nécessaire pour libérer la parole. Mais la colère me fait peur…et elle a peur aussi… ang_11

ang_12

 

ang_13ang_14

La colère comme la honte est rouge \o/…

Et affronter ces émotions par un ressenti différent comme Cerbère, gardien des enfers ou les loups de Garm sur le bifrost…

 

Et oui l’amour est une grande force  ;) C’est aussi une passion, rouge elle aussi, comme les pétales de coquelicots…

math04.

Mais la citation est elle réellement de Neruda ?

Je propose un lien sans rapport mais peut être finalement il y en a un, invisible, la peur paralysante…

Le roi des ronces