La bille bleue suite :)

Hello, bonjour, aloha, longtemps que je ne suis venu trainer mes cellules visuelles et sensorielles dans ce monde. Je suis en grand travaux et l’expo continue, pour résumer…la bd continue, et d’autres projets se lancent.

C’est la suite un peu corrigée de la note précédente, je suis justement dans un moment entre deux, en reprenant des choses plus concrète, je quitte ce monde virtuel porteur de tant de promesses finalement décevantes, pourries par un mercantilisme destructeur.

Bon, mon appareil photo rend l’âme, la technologie devient de plus en plus obsolète, tout comme nous finalement peut être, nous créons nos outils à notre image, qui se détériore avec le temps, bah ! tant qu’on a la jeunesse…Enfin mais non, sachons apprécier les choses passées comme celles qui vont arriver…en étant juste le lien, ce lien qui relie, nous et les autres :) et sans dépendre de l’outil…vive le situationisme ! Je redevient un semeur de cailloux qui apportent de la joie, de l’amour, choses tellement essentielles car elles sont gratuites, généreuses comme un matin, un baiser, un sourire…

Rendez vous, si vous passez par Namur, à la cité artistique les « petits pouyons » pour découvrir tant d’œuvres et d’installations de créateurs d’ici et des environs jusqu’ 29 juillet 2018. Et aussi les miennes ;) Voir le lien FB ici

Sur le fleuve :

Publicités

Corpus cyaneus

Suite en corps bleu…

 

cb1694

80cm X 80 cm pigment, papier et journaux divers…

cb1693

Idem

cb1601

40cm x 50 cm

cb1603

40cm X 40 cm

cn1607

Azur et or 30cm X 40 cm

cn1608

M caeruleus 20 cm X 30cm

avec une redécouverte dans mes archives, encore un truc de perdu :/  Premier test de l’assiette à dorer médiévale, encre ferrogallique, pigments et plume d’oie sur papier chiffon tramé.Une page de vitruve.

 

Dragons

Il est temps de s’arrêter dans cette sorte d’errance éperdue, et d’observer le chemin parcouru, une quête de savoir pour se retrouver face au souffle primordial. La roue de fortune s’est bloquée dans sa ronde cyclique et les rouages tournent à vide (avide?) dans une spirale de souffrance et d’amour, le dragon et l’ange se regardent en chiens de faïence. Ici un résumé des dragons dessinés comme un questionnement sans savoir de ce qu’il en retourne. Le mythe fantastique est une réponse allégorique à l’origine du mal…et du bien. Que souffle le dragon dans sa force de vie qui relie la terre au cosmos avec l’Homme comme pivot. Que me soit donné la Force de refaire tourner la manivelle de la roue de Fortune…