Fuir la honte ou la bille bleue (suite)

Je pense choisir le deuxième titre, et, aussi,  il est temps de corriger tout ça ! L’orthographe est certes déplorable, mais tout est écrit et dessiné dans l’instant, sans plan préétabli. Le fond de l’histoire et son canevas traîne dans ma mémoire pensée. Je note plein de trucs mais ne respecte rien, ni ne suit quoique ce soit. Je suis toujours sans capitaine, balloté par le flot et les vagues de l’humeur de l’éternel présent, toujours changeant, qui commence à durer longtemps. Je choque contre les récifs, me perds dans les impasses (quoique, les impasses, que ce soit en ville, à la campagne, ou en forêt sont, en général, sympa et souvent surprenante ou étonnante,…) mais ne prends jamais le chemin tout tracé !

Le récit progresse ainsi, presqu’en direct, avec ses défauts, ses aléas, ses rebondissements, haletant sans tenir en haleine, sans dirigisme, mais avec un but.

Lequel ?

 

 

Je découvre moi même mon propre récit. Quel bonheur qu’être étonné par soi même !

Publicités

Fuir la honte 9

Petit résumé des épisodes précédents…

Et quelque chose de plus ancien pour permettre la connexion avec ce qui suit ; Un vieux rêve où il est question de bille bleue, vraiment bizarre, comme une sorte de quête sur le chemin de l’errance, une étape symbolique dans le désert des larmes…en écho au chaos ambiant…

Bon, je devrais m »acheter un scanner, histoire d’avoir une bonne résolution…

La suite donc….

Ma vie est un véritable chaos et ceci est une tentative d’y remettre de l’ordre…j’ai l’impression de perdre pied ou de me retrouver à nouveau dans une impasse de ce labyrinthe gigantesque. Remonter le fil de la mémoire comporte tout de même des risques insoupçonnés…

cosmon

Bip…

 

 

Précédemment la honte 8, la honte 7, la honte 6