Humeur du moment

Pour l’instant je ne suis pas en grande forme poétique…c’est même plutôt un désert réactif et le temps n’arrange rien…

Un vieux dessin réalisé pour un jeu de rôle, donjons et dragons pour ne pas le nommer ;) un univers que j’ai créé il y a longtemps et qui a rempli de nombreuses soirées dans notre jeunesse, à propos du marquis de Brume ;)

Et un dessin de projet pour l’expo des 25 ans des jeunesses archéologiques de Belgique, ici sur l’art du bijou et orfévrerie, époque gallo romaine.

Livre des défis

Depuis quelques temps, je me suis amusé à proposer des défis au travers d’un livre d’un poète hongrois. Nous étions plusieurs à le remplir et voici donc ma contribution. Les photos sont faites à l’arrache mais j’en ai un peu ras le bol de traiter des images. je préfère la spontanéité du dessin.

cn1663

cn1664

cn1665

cn1661

cn1666

cn1667

cn1668

cn1662

cn1669

cn1670

cn1671

cn1672

cn1673

cn1674

cn1660

M’a t’il dit Amour ?

visage03

 

 

 

Pensées récurrentes comme un membre fantôme, j’ai toujours les saveurs de l’amour en bouche. La quintessence des traces sur le bout de la langue. Un effleurement, une caresse, un regard, un sourire, inscrit au plus profond des cellules qui construisent mes veines, qui électrifient mon cerveau. Souvenir d’une onde lointaine qui creuse les berges de ma mémoire. Le pinceau vibre au son de ces émois. Les zones cachées refoulent les miasmes de l’indicible, du vécu intériorisé. Le trop plein de larmes fait place au vide des sens. A quand la prochaine station service ? Hululement de la chouette en réponse au miaulement de la chatte dans le pommier !

Brou, encre et aquarelle. 25 cm X 25 cm.

Petite pause

 

Le désir de l’autre passe par soi, la connaissance de soi se transforme en désir d’être, et c’est par le partage de la connaissance de soi que surgit le désir de l’autre et donc connaissance de l’autre. Et tout s’élève par réciprocité…

 

 

 

DSC09165

 

Un abyme de réflexion…gérer l’oubli…

vide01

 

et la déconnexion…

crane

Solitude

cn1573

cn1579 cn1580

cn1578

Le vide engendre l’angoisse

comme la solitude

du voyageur

avant de plonger dans le trou noir

Les informations se perdent

se décomposent

et la mémoire se perd

dans les limbes de l’infini

et de la finitude

La source est tarie

et la muse est loin

Quand la retrouverais-je?

Car ne plus avoir peur

de dire

ses maux

ses mots

insensés

Les émotions troublent

et font vibrer

comme les cordes d’une harpe

la peau d’un tambour

M’a–t-il dit d’être

Dis soi

Dis moi

Dis toi

M’a-t-il dit

Je t’aime

parce que tu m’aimes

Non ! Tu ne peux pas…

cn1576Avec Calypso Valois au chant…